L'actualité culturelle suisse


Un festival alpin «légèrement différent» (Do, 22 Jun 2017)
Aymann, réfugié syrien, plaque habilement son adversaire dans la sciure de bois. Mais l'adversaire parvient à se tourner et atterrir sur son ventre plutôt que son dos, ce qui l’aurait perdu. Pressé par le public, Aymann essaie de le repousser, sans y parvenir. Les deux lutteurs commencent à rire, se relèvent et reprennent le combat. La lutte à la culotte (Ringen und Schwingen) est l'une des nombreuses coutumes que l’ONG Entraide Protestante Suisse (EPER/HEKS) veut présenter aux réfugiés de Syrie, d'Afghanistan, d'Erythrée ou de Sri Lanka qui vivent en Suisse. Les traditions suisses sont expliquées et transmises par des professionnels et des célébrités, qu’ils soient lutteurs, joueurs de cor des Alpes ou yodlers. Le point culminant de cette campagne a eu lieu le 17 juin, lors de la Journée nationale du réfugié en Suisse: un festival des traditions helvétiques devant la gare de Berne. Les gens ont lancé des drapeaux, joué au Jass (belote à la suisse) et soufflé dans un cor des Alpes.
>> mehr lesen

«La ballade du Lac Léman» (Sa, 17 Jun 2017)
Dans l’incipit de «La Ballade de la mer salée», publiée pour la 1ère fois il y a 50 ans, c’est le majestueux océan pacifique qui parle au lecteur. A une toute autre échelle, le lac Léman exerce aussi une fascination incontestable sur celui qui l’observe depuis les routes et les terrasses de Grandvaux. C’est dans ce village entouré de vignes que s’est terminée la vie d’Hugo Pratt. Mais celle de ses œuvres et de ses personnages, au premier rang desquels Corto Maltese, s’y poursuit.  Dans l’ancien local de la commune de Grandvaux, où Hugo Pratt devrait se rendre pour renouveler son permis de séjour, se trouvent aujourd’hui les bureaux de la Cong SA. Le célèbre dessinateur avait fondé cette société en 1984 pour gérer les droits de son œuvre et assurer la poursuite de la publication.  2017 sera une période d’intense activité pour cette société. Deux anniversaires importants tombent en effet cette année: la naissance d’Hugo Pratt – qui aurait eu 90 ans le 15 juin – et le ...
>> mehr lesen

L'hommage de Radio Suisse International à la mort d'Hugo Pratt (1995) (Fr, 16 Jun 2017)

>> mehr lesen

Art et politique se rencontrent à Art Basel 2017 (Fr, 16 Jun 2017)
Le plus grand rendez-vous annuel mondial pour les riches collectionneurs d'art contemporain a ouvert ses portes jeudi au public. Visible jusqu’à dimanche, cette édition 2017 fait la part belle aux œuvres politiquement engagées. Si cette foire de l'art contemporain a avant tout vocation à mettre en relation les galeries d'art les plus prestigieuses avec leurs clients, cet événement n'en attire pas moins chaque année un vaste public qui peut venir y admirer les plus grandes signatures de la scène artistique. Cette édition est placée sous le signe des œuvres politiquement engagées. C’est ainsi que le public pourra notamment découvrir les œuvres de l’Américaine Barbara Kruger ou de la Sud-Africaine Sue Williamson, des artistes qui dénoncent l’esclavage et la xénophobie. Près de 100’000 visiteurs font habituellement le déplacement pour cette foire dans la cité de Bâle, sur les bords du Rhin, qui pour cette 48e édition réunit jusqu'à dimanche quelque 291 galeries représentant plus de ...
>> mehr lesen

L’esprit de Maurice Béjart reste bien vivant à Lausanne (Do, 15 Jun 2017)
Lausanne porte toujours l’empreinte de Maurice Béjart, l’un des plus grands maîtres de la chorégraphie du 20e siècle qui a révolutionné la danse classique. Quelques danseurs témoins de La Flûte enchantée du Béjart Ballet Lausanne essaient de décrire la particularité de son style atypique.  L’œuvre de Maurice Béjart revient au Théâtre de Beaulieu dès le 14 juin, dix ans après la disparition du chorégraphe. Gil Roman, directeur artistique du Béjart Ballet Lausanne, qui a passé sa vie de danseur avec le maître, remet en valeur La Flûte enchantée de Maurice Béjart en suivant le livret et la musique avec beaucoup d'humilité.  Gil Roman se base sur son «travail de recherche» sur les différentes chorégraphies de la Flûte enchantée de Maurice Béjart pour présenter une nouvelle version. Présent dès le début aux côtés du grand chorégraphe, Gil Roman indique transmettre aujourd’hui cette œuvre «par rapport au sens voulu par Maurice et par rapport à mon œil».  Selon Gil Roman, Maurice ...
>> mehr lesen

Yvette Meisser: «Ici, le pasteur parle du feu de l’enfer» (Mo, 12 Jun 2017)
Yvette Meisser a quitté la Suisse il y a un peu plus de cinq ans. Divorcée et avec trois enfants. Elle voulait se rendre au Mexique mais s'est arrêtée à Trinity, une bourgade minuscule perdue au milieu de nulle part au Texas. «Nous ne souhaitons pas retourner en Suisse. Ce n'est pas possible, tout simplement», dit cette femme de 41 ans née à Davos. Yvette Meisser est assise au Starbucks d'Huntsville, une petite ville texane située à moins d'une centaine de milles de Houston. Nous nous étions mis d'accord pour mener l'entretien par Skype et elle pensait le faire depuis son domicile un peu en dehors de Trinity. Mais une intempérie a fait tomber un pin sur les lignes qui traversent la forêt jusqu'à l'endroit isolé où elle vit avec ses trois enfants. Elle est donc à Huntsville, au Starbucks. Avant de skyper, je lui avais demandé si elle était prête à raconter son histoire. Elle m'a simplement répondu qu'elle «serait contente si cela pouvant aider quelqu'un à trouver le courage pour ...
>> mehr lesen

Quelles sont les caractéristiques particulières de la Flûte enchantée de Maurice Béjart? (Mo, 12 Jun 2017)
Témoins et danseurs de «La Flûte enchantée» décrivent les particularités du style de Maurice Béjart dans ce spectacle. Raconté par Keisuke Nasuno (Japon), Gabriel Arenas Ruiz (Belgique), Kateryna Shalkina (Ukraine), Jiayong Sun (Chine).
>> mehr lesen

Pouvez-vous décrire le style de Maurice Béjart? (Mo, 12 Jun 2017)
Gil Roman, le Directeur artistique du Béjart Ballet Lausanne, a vécu une grande partie de sa vie avec Maurice Béjart. Il continue à transmette le, ou plutôt les styles du maître, notamment dans sa prochaine représentation de «La Flûte enchantée». Il raconte les caractéristiques particulières du style de Maurice Béjart dans l’opéra de Mozart. Julien Favreau et Elisabet Ros donnent quant à eux des détails de leur point de vue de danseurs. 
>> mehr lesen

Le fabricant de cors des Alpes (Sa, 10 Jun 2017)
C'est en 1996 que Thomas Eichenberger a commencé à jouer au cor des Alpes. Fasciné par le son naturel qui se dégage de cet instrument typique de la culture alpine, il a très vite souhaité en construire un de ses propres mains.  Cet ébéniste de formation a bénéficié des précieux conseils de Walter Lussi pour parvenir à maîtriser la technique de fabrication des cors des Alpes.    Le photographe Gaëtan Bally a documenté dans l'atelier de Thomas Eichenberger quelques-unes des 150 étapes nécessaires à la fabrication d'un cor des Alpes. Un travail qui exige près de 60 heures de travail.
>> mehr lesen

«Voyager, c’est la meilleure école de vie» (Fr, 09 Jun 2017)
Seb est producteur hip hop et DJ à Lausanne. Il soutient les jeunes de la scène rap locale et, en même temps, il explore la scène internationale avec FireFLY, son duo trap/bass. People of Switzerland est un projet multimédia des journalistes freelance Jennifer Greenland et Nora Hesse. Des personnes de toutes les villes villages et vallées de la Suisse parlent de leur vie dans les quatre langues nationales ou en anglais. Ce sont les gens qui façonnent la Suisse, chacun à sa manière. Comment se sentent-ils de vivre ici? Qu’est ce qui les inspire? leur fait peur? Et que changeraient-ils, s’il le pouvaient? swissinfo.ch présente les portraits de ces «gens de la Suisse» à intervalles réguliers, sous forme de blog vidéo. Le quartier du Flon à Lausanne, ses adresses branchées, ses artistes, ses ateliers. Seb est assis dans son studio, murs noirs couverts de graffitis. «Je crois encore en la culture hip-hop, mais le rap ne représente plus mon point de vue sur la vie. C’était bien quand ...
>> mehr lesen

Quand du yodel boosté au beat fait le buzz (Fr, 09 Jun 2017)
Du yodel valaisan, des masques du Lötschental, des chiens St-Bernard, un ruisseau de montagne et du cor des Alpes: remplis de tous ces clichés, un clip de yodel à la sauce moderne provoque un véritable buzz sur l’Internet. La 30e Fête fédérale de yodel aura lieu du 22 au 25 juin à Brigue, chef-lieu du Valais germanophone. On y attend 15'000 chanteurs de yodel, joueurs de cor des Alpes et lanceurs de drapeaux – ainsi que 150'000 visiteurs. Le folklore traditionnel est au centre de ce genre de manifestation, mais dans sa vidéo de promotion, le canton du Valais a misé sur le mélange des genres pour attirer l’attention. Tourné en un seul jour, le clip consiste en une réinterprétation du hit suisse «Ma chérie» par deux clubs de yodel du Valais germanophone. Responsable du concept, DJ Antoine est enthousiasmé par le résultat. Et il n’est pas le seul: le clip est devenu un hit sur YouTube.  
>> mehr lesen

La langue des montagnards va-t-elle disparaître? (Fr, 09 Jun 2017)
Les Suisses aiment le romanche. En 1938, c’est avec un soutien massif de la population helvétique (92% de «oui» en votation populaire) qu’il a été reconnu comme 4e langue officielle du pays. Ce qui n’empêche pas cet idiome uniquement parlé dans le canton des Grisons d’être aujourd’hui menacé. Le romanche est né dans le canton suisse des Grisons de l’entremêlement du latin populaire avec les langues celtiques et rhétiques. C’était à l’époque des Romains. Il n’est plus aujourd’hui parlé que par 0,5% de la population suisse et fait partie des langues menacées de disparition dans le monde, selon l’Atlas des langues en danger de l’UNESCO. Dialecte ou langue artificielle? La bataille fait rage depuis des années pour savoir quel romanche doit être utilisé dans la vie publique et enseigné à l’école: l’un des cinq dialectes ou le «rumantsch grischun»? La Confédération et le canton des Grisons utilisent l’idiome artificiel. L’organisation faîtière de la langue romanche (Lia ...
>> mehr lesen

Le plus grand fan de Chaplin fait vivre sa mémoire en Inde (Sa, 03 Jun 2017)
Ashok Aswani serait-il le plus grand fan de Charlie Chaplin? Peut-être bien. Cet Indien de 67 ans organise chaque année un défilé en l’honneur du célèbre acteur et cinéaste qui a passé les dernières années de sa vie en Suisse. En 1966, alors qu’il se rendait à son travail, Ashok Sukhumal Aswani tomba sur une affiche du film de Chaplin «La ruée vers l’or». Il s’acheta un billet pour la prochaine séance et prit tellement de plaisir qu’il décida de visionner une seconde fois le film. Un écart qui lui valut d’être licencié sur le champ. Sept ans plus tard, le 16 avril, il décida de marquer l’anniversaire de Chaplin avec un gâteau d’anniversaire et une petite fête en famille. Au fil des ans, la célébration se transforma en un défilé en hommage à l’acteur à Adipur, qui rassemblait une centaine de participants. «A l’époque, la plupart des gens ne savaient pas de qui il s’agissait, ils pensaient qu’il s’appelait Charlie Champion», se souvient Ashok Aswani. Le défilé apporta une ...
>> mehr lesen

L’heure de la destruction a sonné pour certains fortins (Fr, 02 Jun 2017)
La Suisse compte de très nombreux forts et fortins datant souvent de la Seconde Guerre mondiale. Ayant perdu leur utilité militaire, ils ne peuvent pas tous être entretenus. Conséquence: des centaines d’ouvrages doivent retourner à la poussière.
>> mehr lesen

«Je reçois ce prix comme une balise en pleine mer» (Mi, 31 Mai 2017)
Décernés chaque année par l’Office fédéral de la culture, les Prix suisses de théâtre 2017 distinguent sept lauréats. Parmi eux la metteuse en scène romande Marielle Pinsard, récompensée pour son «talent multidisciplinaire bien particulier». Rencontre avec une femme indomptable, avide de liberté.   «Je m’attendais à tout sauf à cette récompense. Même ma mère était très étonnée. Quand je lui ai appris que j’étais lauréate d’un Prix suisse de théâtre, elle m’a dit: ‘Tu reviens de loin, ma fille!’», confie Marielle Pinsard sur un ton amusé.  Avant d’ajouter de sa voix émue: «Mon travail théâtral est pour moi une question de vie ou de mort. Alors vous comprenez que ce prix, je le reçois comme une balise en pleine mer, une formidable aide à l’enfant turbulente que je fus et que je suis encore, peut-être.»  Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est indomptable Marielle Pinsard. Avide de liberté, elle ne s’est jamais pliée aux normes. Ses nombreux visages bousculent allègrement ...
>> mehr lesen

Anja Glover: pourquoi elle aime les villes multiculturelles (Di, 30 Mai 2017)
New York, Paris… Anja Glover est déjà allée dans les plus importantes métropoles du monde. Et ce n’est pas un hasard: cette Suisse de 24 ans étudie la sociologie urbaine et travaille aussi comme journaliste. Ce qu’elle aime surtout à Paris, c’est l’exubérance de la ville. Pourtant, elle conserve une certaine nostalgie de la Suisse. swissinfo.ch: Pourquoi avez-vous quitté la Suisse? Pensez-vous y retourner un jour? Anja Glover: J’ai lu une fois que ce n’était pas seulement les plantes qui avaient besoin d’être replantées de temps en temps, mais aussi les personnes. Après avoir vécu quelques mois à New York, je suis arrivée à la conclusion que j’aimerais passer une partie de ma vie à l’étranger. Et cela pour une raison simple: ici, loin de tout ce qui m’est familier, j’apprends tous les jours et je tombe moins vite dans la routine.  Paris fut pour moi une excellente opportunité. En effet, comme future sociologue urbaine, je m’intéresse aux villes multiculturelles et j’ai étudié le ...
>> mehr lesen

En Suisse, la télévision laisse peu de place à l’homoparentalité (Sa, 27 Mai 2017)
Aux Etats-Unis, les parents homosexuels jouent un rôle central dans plusieurs séries télévisées à succès. En Suisse, ils sont en revanche quasiment absents du petit écran. Le récent épisode d’une série télévisée suisse nourrit toutefois les espoirs de voir les familles arc-en-ciel mieux représentées.    Au cirque, un clown s’écroule. Il vient de mourir sur scène. Un enquêteur est dépêché sur place. «Le clown était-il ton père?», demande-t-il à une petite fille, qui se tient entre une danseuse et une lanceuse de couteau. «Non, mes parents, ce sont elles», répond l’enfant, en désignant les deux femmes.  Cette scène apparaît dans le Croque-mort (Der Bestatter), une série policière diffusée à la télévision suisse (RTS et SRF), qui raconte les aventures de Luc Conrad, un ancien policier devenu employé de pompes funèbres qui enquête sur des morts suspectes. La scène a été remarquée car les représentations des parents homosexuels dans les médias traditionnels helvétiques restent rares.
>> mehr lesen

Bâle, une ville fantastique (Sa, 27 Mai 2017)
Durant trois jours, Bâle s’est muée en centre névralgique de la scène du genre fantastique en Suisse. Des milliers de fans de Comics et de science-fiction ont participé à la deuxième édition de Fantasy Basel qui s’est tenue au début du mois de mai dans la cité rhénane. Jeux vidéos, films, concours, illustrations, réalité virtuelle: trois étages de la halle événementielle de Bâle proposaient un programme attractif. Plusieurs jeux ont pu être testés en première suisse avant leur lancement officiel. Le concours de Cosplay a séduit les 43'000 visiteurs présents. Les Cosplayer jouent un personnage – de manga, de bande dessinée ou encore de jeu d’ordinateur - en endossant à la fois son costume et son comportement. Le but est de ressembler le plus possible à l’original. Dans une bonne humeur contagieuse, de nombreuses familles ont également participé à la fête. L’atmosphère ressemblait beaucoup à celles des festivals open-air; sauf qu'il n'y avait pas de drogue et très peu d'alcool. 
>> mehr lesen

Dix auteurs à découvrir (1ère partie) (Do, 25 Mai 2017)
La littérature suisse jouit d’une grande diversité grâce aux quatre langues nationales. Découvrez ici dix écrivaines et écrivains invités cette année au Journées littéraires de Soleure.  Les Journées littéraires de Soleure se déroulent dans cette ville chaque année depuis 1978. Elles constituent pendant quelques jours un forum où se retrouvent auteurs, éditeurs et représentants de médias. Cette année, une septantaine d’auteurs figureront au centre de l’attention du 26 au 28 mai. 1. Antoinette Rychner Écrivaine suisse d’expression française, Antoinette Rychner est née en 1979. Bénéficiant d’une formation de technicienne du spectacle, elle a d’abord écrit pour la scène avant d’étudier à l’Institut littéraire suisse de Bienne. Son premier roman «Le Prix» a été publié en 2015 et a été couronné par un Prix suisse de littérature 2016. 2. Dada Montarolo Écrivaine italienne, Dada Montarolo vit en Suisse après avoir fait de longs séjours en Australie et aux Etats-Unis. Elle a ...
>> mehr lesen

Bienvenue à Bienne, capitale éphémère de le photographie (Mi, 24 Mai 2017)
La ville de Bienne, connue pour être un haut-lieu de l'industrie horlogère mondiale, est également un carrefour culturel d'importance nationale. La plus grande cité bilingue du pays accueille chaque année durant près d'un mois un festival dédié entièrement à la photographie. Les Journées photographiques de Bienne (5 au 28 mai) sont l'occasion de faire un peu d'exercice physique et de découvrir le patrimoine de cette ville de province encore souvent méconnue des Suisses eux-mêmes. Les 28 expositions présentées dans le cadre de la 21e édition du festival, dont les trois quarts en exclusivité suisse ou mondiale, sont en effet disséminées dans huit lieux distincts.  Parmi eux, trois lieux inédits: la maison Farel, témoin de l'architecture de la fin des années 50, un ancien bâtiment industriel désaffecté et la Working Station, un espace galerie privé.  Le festival se penche cette année sur la notion d'extrême. Les thèmes abordés sont multiples: flots d'images, omniprésence de la ...
>> mehr lesen

L'acteur britannique Roger Moore s'est éteint en Suisse (Mi, 24 Mai 2017)
L'acteur britannique Roger Moore est mort mardi en Suisse, pays où il vivait depuis plusieurs années. L'homme de 89 ans a succombé à un cancer, a annoncé sa famille. Il est jusqu'à présent l'acteur qui a incarné le plus souvent James Bond au cinéma. Il reste aussi connu pour des séries télévisées à succès comme «Le Saint» et «Amicalement vôtre».
>> mehr lesen

«Une terre d’accueil est un cadeau inespéré» (Do, 18 Mai 2017)
Physicien, entrepreneur et romancier genevois, Metin Arditi publie le «Dictionnaire amoureux de la Suisse». L’auteur, d’origine turque, y donne sa vision d’un pays, «source constante de joie», qu’il observe «avec des yeux toujours étonnés». Rencontre.                                     On dit que l’Helvétie est mystérieuse et complexe. Aussi, les livres qui tentent d’expliquer ce pays sont-ils nombreux, mais parfois rébarbatifs, l’austérité du propos faisant souvent obstacle à la joie de lire. Ce n’est pas le cas, loin s’en faut, dans le «Dictionnaire amoureux de la Suisse» que publie l’éditeur français Plon. Son auteur? Metin Arditi, romancier genevois, connu pour sa participation active à la vie culturelle et sociale du pays.  La démarche de Metin Arditi a de quoi séduire le plus blasé des experts. Car tout est attendu et rien ne l’est dans ce dictionnaire qui raconte la Suisse en suivant les lettres de l’alphabet, sans tomber dans le piège de la simple exposition de faits ...
>> mehr lesen

Qui n’a pas son handspinner? (Di, 16 Mai 2017)
«C’est une pure folie. On n’a jamais vu ça dans le monde du jouet», confie un responsable des achats d'une chaîne de magasins spécialisés. En rupture de stock partout, le handspinner est une sorte de toupie plate que l’on tient à la main. Il vient des Etats-Unis où il a été conçu au départ comme anti-stress pour les enfants autistes et hyperactifs. Et désormais, il fait fureur dans les cours de récréation, comme sur Youtube.
>> mehr lesen

Yodler comme dans l’ancien temps (Mo, 15 Mai 2017)
Le folklore est en vogue en Suisse. Les succès commerciaux qu’il enregistre n’ont cependant plus grand-chose à voir avec les musiques traditionnelles authentiques. Une fondation travaille à la préservation de la véritable musique populaire appenzelloise. «Vous pouvez être moderne et émancipé et jouer de la musique populaire», déclare d'emblée Barbara Betschart, la directrice du Centre de musique populaire d’Appenzell et du Toggenburg nommé Roothuus Gonten parce qu’il est installé dans la maison rouge de Gonten (Appenzell Rhodes-Intérieures). Elle dénonce aussi les préjugés selon lesquels cette musique serait l’apanage des milieux politiques conservateurs.  Et elle a raison: le folklore est à la mode, également dans les grandes villes. Mais cet engouement comporte aussi des risques. «Ce qu’on voit aujourd’hui à la télévision, c’est du commerce». Pour elle, les tubes folkloriques ne sont pas de la musique populaire. Pour les touristes Pour entendre de la véritable musique ...
>> mehr lesen

Une ancienne auberge où revit la musique populaire (Mo, 15 Mai 2017)
Le Centre de musique populaire d’Appenzell et du Toggenburg a ses locaux dans la "Roothuus Gonten", une ancienne auberge construite en 1763 dont la façade est peinte en rouge. Elle a ensuite appartenu à une riche famille catholique.
>> mehr lesen

Des cinéastes suisses apprennent à transgresser les règles à Mumbai (Sa, 13 Mai 2017)
​ Rencontrer la superstar indienne Shah Rukh Khan, filmer dans des zones interdites, payer des policiers corrompus et fumer de la ganja: ce sont quelques-unes des expériences vécues par des étudiants suisses en cinéma, sous la tutelle du réalisateur de Bollywood, Anurag Kashyap. Dix-sept apprentis cinéastes de l'École cantonale d'art de Lausanne (ECAL) et de la Haute École d'art et de design de Genève (HEAD) ont passé trois semaines en octobre dernier à Mumbai - capitale de l’industrie cinématographique indienne - pour suivre un maître du «guerilla shooting», soit l’art de tourner un film sans moyens, avec une petite équipe et sans forcément d’autorisation. «Le défi n'était pas seulement de faire un film rapidement, mais aussi de créer quelque chose dans un endroit où nous étions des étrangers. Nous nous sommes confrontés à une culture différente. Et nous avons dû nous demander quel genre de film nous pouvions faire là-bas», raconte Chiara Ghio. Entre les ateliers du matin dans ...
>> mehr lesen

L’aubergiste et son appareil photo (Sa, 13 Mai 2017)
Alfons Rohrer (1925-1998), de Sachseln, canton d’Obwald, était à la fois patron de l’Auberge de la Gare, membre de la société de chant, capitaine des pompiers et président du syndicat des éleveurs de moutons. Mais il était aussi photographe, et ses clichés racontent plus de 50 ans de la vie du village. Il a laissé derrière lui une œuvre immense, dont les meilleures images ont été récemment réunies dans Heimat/Chez Soi, un beau livre avec des textes en allemand et en français. Son éditeur Heinz Anderhalden, qui est également le petit-fils de Rohrer, se souvient: «Au départ, je voulais juste aider ma grand-mère à débarrasser le placard. Les diapositives de grand-père y étaient entassées depuis 15 ans, sans que personne les regarde jamais. Alors j’ai commencé à les numériser. Et après avoir passé les 14'000 images en revue, j’ai compris que j’avais trouvé un trésor!» «Quand j’étais enfant, j’ai toujours vu mon grand-père avec un appareil photo à la main. C’était un homme joyeux et ...
>> mehr lesen

Giacometti et ses «Femmes» à la Tate Modern et à la Biennale (Fr, 12 Mai 2017)
Londres et Venise rendent hommage à Alberto Giacometti. A Londres, une grande exposition à la Tate Modern célèbre le sculpteur et peintre suisse. A Venise, le pavillon helvétique de la Biennale rappelle le lien entre l’artiste et la foire vénitienne, qui ouvre ses portes le 13 mai. L’un des plus grands maîtres de l’art du 20e siècle a tissé un fil rouge entre la lagune de Venise et les rives de la Tamise. La Tate Modern a dédié à Alberto Giacometti la plus grande exposition qu’ait connu la capitale britannique au cours des vingt dernières années. Plus de 250 œuvres sont présentées; trois sculptures en bronze, des moules en plâtre, des toiles et des documents inédits de la fondation Alberto et Annette Giacometti.  Le musée d’art moderne le plus visité au monde consacre à Giacometti sa deuxième exposition, depuis celle de 1965. Les œuvres exposées retracent une période de quarante ans; de la «Tête de femme» de 1926 en passant par le portrait de «Caroline» en 1965, le visiteur ...
>> mehr lesen

Dix auteurs à découvrir (2e partie) (Do, 11 Mai 2017)
La littérature suisse jouit d’une grande diversité grâce aux quatre langues nationales. Découvrez ici dix écrivaines et écrivains invités cette année au Journées littéraires de Soleure.  Les Journées littéraires de Soleure se déroulent dans cette ville chaque année depuis 1978. Elles constituent pendant quelques jours un forum où se retrouvent auteurs, éditeurs et représentants de médias. Cette année, une septantaine d’auteurs figureront au centre de l’attention du 26 au 28 mai. 6. Tim Krohn Né en 1965 en Allemagne, Tim Krohn a grandi à Glaris et vit maintenant avec sa famille dans les Alpes suisses. Il est l’auteur de textes en prose, de pièces dramatiques et de pièces radiophoniques. Liés, ses romans «Quatemberkinder» (Les enfants des Quatre-Temps) et «Vrenelis Gärtli» (Le jardin de Verneli) emmènent le lecteur dans le monde archaïque des Alpes glaronaises du 19e siècle et conjuguent habilement l’allemand et le dialecte de la région. Son projet actuel est une série financée ...
>> mehr lesen

Un testament pour encourager la culture (Do, 11 Mai 2017)
La fondation culturelle suisse Legs pro culture innove: elle invite les Suisses à léguer 1% de leur fortune à la culture. Les premiers subsides ont été attribués à des artistes.  Le projet est né en 2014 à Appenzell Rhodes-Extérieures, l‘un des cantons les plus ruraux de Suisse. Et si de nombreuses personnes léguaient une toute petite partie de leur fortune à la culture?  C’est l’idée de la fondation Legs pro culture, lancée en mai 2015.  La fondation a consacré ses deux premières années d’existence à développer son système d’encouragement à la culture: toute personne peut faire une promesse de legs de 1% de sa succession personnelle en faveur de la fondation. Après leur mort, la fondation utilise l’argent pour soutenir le travail culturel de la prochaine génération.  Une sorte de financement participatif  Legs pro culture combine l’idée d’une fondation conventionnelle avec le principe du financement participatif. «Une fondation naît souvent avec la mort d’une personne, qui ...
>> mehr lesen

«Impression soleil levant» est à Martigny (Do, 11 Mai 2017)
C’est un des tableaux les plus célèbres – et les plus chers – du monde. Considéré comme l’œuvre fondatrice de l’impressionnisme «Impression soleil levant» de Claude Monet est arrivé à la Fondation Gianadda de Martigny, transporté de Paris avec grand luxe de précautions. Aux côtés d’œuvres de Ferdinand Hodler et d’Edvard Munch, il y sera visible jusqu’au 11 juin. «Je n’aurais même pas osé en rêver», confesse Léonard Gianadda, 82 ans dont 40 à la tête de la Fondation, pour qui cette exposition est un sommet, même après avoir accueilli (excusez du peu) les Canotiers de Renoir ou le Discobole.
>> mehr lesen

Alberto Giacometti à la Tate Modern (Do, 11 Mai 2017)
Avec ses œuvres si caractéristiques, Alberto Giacometti est l’un des artistes par excellence du 20e siècle. Une série de sculptures est présentée pour la première fois depuis 1956 à la Tate Modern de Londres, pour une grande rétrospective dédiée à l’artiste du canton des Grisons.   Les six «Femmes de Venise » furent créés pour la Biennale de Venise de 1956. Pour la première fois depuis plus de 60 ans, elles sont réunies à Londres. Les statues de bronze sont probablement la première image qui vient à l'esprit quand on pense à Giacometti. Ce sont les plus fameuses. L’exposition à la Tate Modern tente toutefois de mettre l’accent sur d’autres matériaux utilisés par l’artiste, comme le plâtre, l’argile ou encore ses toiles. L’influence des relations personnelles de Giacometti sur son travail est un autre aspect abordé par l’exposition, notamment ses liens avec son épouse Annette, son frère Diego et sa maîtresse Caroline. Il a souvent invité ses amis et les membres de sa famille à ...
>> mehr lesen

La Suisse mise sur la diversité pour atteindre la finale (Mi, 10 Mai 2017)
La Suisse participe jeudi soir à Kiev à la seconde demi-finale de l’Eurovision Song Contest. Pour s’attirer les faveurs du public et des jurys, le groupe pop bernois Timebelle mise sur la diversité. Sorti victorieux de la finale suisse, Timebelle est un groupe de Berne. Son nom est d’ailleurs dérivé de l’un des hauts-lieux touristique de la capitale fédérale, la fameuse Zytglogge (tour de l’horloge), qui se dit justement «Time Bell» en anglais. Le terme «bell» a cependant été francisé pour donner l’adjectif français rappelant la beauté.  Le groupe a choisi ce nom, car c’est à la Zytglogge que ses membres se retrouvaient pendant leurs études à la Haute Ecole des arts de Berne. Des cinq membres originaux, il reste aujourd’hui la chanteuse Miruna Manescu, le batteur Samuel Forster et le pianiste Emanuel Danil Andriescu. Timebelle avait déjà participé au concours en 2015, mais n’avait terminé que 2e de la finale nationale.  Ratisser large  Le but affiché du groupe est de ...
>> mehr lesen

Que mange la Suisse? (Mi, 10 Mai 2017)
(Images: Mara Truog/Schweizerisches Nationalmuseum)
>> mehr lesen

Un regard dans les assiettes des Suisses (Mi, 10 Mai 2017)
Il n’existe pas de «cuisine suisse». Chaque région a ses propres spécialités. Les différents plats suisses sont donc aussi le reflet de l’histoire sociale et de la réalité politique de ce petit pays.  «Manger est un thème intéressant, qui va bien plus loin que le simple fait de se nourrir», explique Pia Schubiger durant la visite de l’exposition «Que mange la Suisse?». La table se retrouve au centre de l’exposition est ce n’est pas un hasard. «C’est autour de la table que les gens se réunissent durant des repas et créent un lien social», explique la curatrice.  Manger est un acte social  L’exposition au Forum de l’histoire suisse à Schwyz met en lumière les multiples facettes de notre culture culinaire. Le visiteur apprend que l’usage de la nappe en lin et de la serviette se répand en Suisse dès le 15e siècle. Au 17e siècle, l’usage de la fourchette à deux dents s’impose dans le pays, avant on mangeait avec un couteau et une cuillère.  «L’un des points forts de l’exposition est ...
>> mehr lesen

La beauté de l’invisible (So, 07 Mai 2017)
Beauté d’un monde que personne ne verra jamais, poésie des équations mathématiques, questionnement philosophique derrière la recherche scientifique: «The Sense of Beauty», de l’Italo-Suisse Valerio Jalongo montre tout cela. Présenté en compétition au Festival 'Visions du Réel' à Nyon, le film est bien plus que juste un nouveau documentaire sur le CERN. Il le dit lui-même: «au départ, je ne connaissais pas grand-chose du CERN, et d’ailleurs à l’école, j’étais assez mauvais en maths et en physique». Pourtant, le laboratoire de tous les superlatifs fascine Valerio Jalongo. Une première visite des bâtiments aux portes de Genève («un peu décevante», car en effet, ils ne paient pas de mine), des lectures, des rencontres, et voilà le réalisateur lancé dans un projet qui va l’occuper pendant trois ans. The Sense of Beauty, coproduction italo-suisse, n’est pas un film didactique. Le boson de Higgs, la supersymétrie, l’énergie noire, le mur de Planck, tout ce monde où la taille se mesure ...
>> mehr lesen

«Je me suis profondément attachée à la Chine» (Do, 04 Mai 2017)
Johanna Bieri est partie en Chine à l’âge de 17 ans pour un échange scolaire d’un an. Elle a apprécié aussi bien la grande ville débordante de bruit et d’énergie que l’humour et la bonne humeur des gens. La gymnasienne estime que les Suisses ont une image faussée de l’Empire du Milieux parce que, selon elle, les médias n’en rapportent presque que du mal.  Johanna étant trop difficile à prononcer pour les Chinois, sa famille d’accueil l’a nommée Wang Jinguye, un nom courant dans le pays. Il a aussi été adopté par ses camarades du gymnase Luhe de Tonghzou, un district du sud-est de Pékin, qu’elle a fréquenté d’août 2015 à juillet 2016.  swissinfo.ch: D’où t’est venue l’idée de partir pour un an en Chine? Johanna Bieri: Quand j’étais en 7e année, nous avons regardé un film sur la Chine qui a éveillé mon intérêt pour ce pays et m’a donné une idée de ses diverses régions et de leur culture. Ces paysages époustouflants m’ont impressionnée. L’année suivante, notre professeur nous a ...
>> mehr lesen

Bâle: une ville où il fait bon vivre (Mo, 01 Mai 2017)
Deux expatriées installées à Bâle nous expliquent que pour elles, il n’y a rien d’étonnant à voir leur ville d’adoption côtoyer Zurich, Sydney ou Vancouver dans les classements des villes où il fait bon vivre. La cité rhénane a en effet décroché cette année la 10e place, ex aequo avec Sydney, de l’étude Mercer, qui fournit chaque année un classement mondial des villes selon la qualité de vie qu’elles offrent. C’est la première fois que Bâle, au carrefour des frontières avec l’Allemagne et la France est prise en compte dans l’enquête. Avec ses 200’000 habitants, dont 35,7% d’étrangers, c’est la troisième plus grande ville de Suisse après Zurich et Genève. Haut lieu de l’industrie pharmaceutique, c’est aussi un centre culturel, comme le montrent ses 40 musées. Jacqueline Huwyler, 24 ans, est à moitié Suisse. Elle a grandi aux Etats-Unis, dans le New Jersey. Arrivée en août 2016, elle réalise un doctorat en archéologie égyptienne à l’Université de Bâle.  «J’étais déjà venue ...
>> mehr lesen

Une histoire de saucissons à l'origine de la Réforme en Suisse (So, 30 Apr 2017)
L'Europe protestante célèbre cette année les 500 ans de la Réforme. En Allemagne, ce mouvement a débuté avec la publication des thèses de Martin Luther dénonçant les pratiques de l’Eglise catholique, en particulier la vente d'indulgences. Cinq ans plus tard, la contestation atteignait la Suisse. Mais le début de la Réforme y a été plus prosaïque.  Le sacrilège a été perpétré le 9 mars 1522 au premier dimanche de Carême avant Pâques. Le lieu: l'atelier d'imprimerie de la «Maison dans les vignes» dans la Grabengasse, à un jet de pierre du mur d'enceinte de Zurich. En fin d'après-midi, une douzaine d'hommes sont réunis entre les presses, les casses et les panneaux de bois dans le but de défier l'Eglise catholique et ses dignitaires. Il y a là le maître de maison, Christoph Froschauer, dont l'atelier imprime les papiers du gouvernement zurichois. Deux prêtres sont également présents, dont Ulrich Zwingli, âgé de 38 ans et originaire du Toggenburg. Après des études à Vienne et Bâle, ...
>> mehr lesen

«Manu, mais comment tu vois?» (Do, 27 Apr 2017)
Confronté depuis l’enfance au risque de devenir aveugle, le réalisateur franco-suisse Manuel von Stürler a ressenti le besoin d’en savoir plus sur ce que signifie réellement voir ou ne pas voir. De ce voyage initiatique, plein de poésie, est né le documentaire «La Fureur de voir», en compétition au festival Visions du réel.  swissinfo.ch : Après avoir étudié la musique et la composition, vous avez réalisé, en 2012, votre premier film «Hiver Nomade», désigné meilleur documentaire européen. Comment est née votre passion pour le cinéma? Manuel von Stürler: J’ai toujours eu une grande passion pour la photographie, notamment parce qu’elle me permet de voir le monde mieux que je ne le vois habituellement. J’ai un problème à la rétine, et ma perception visuelle est limitée. En faisant des photos, je peux observer des détails qui, autrement, m’échapperaient, en rapprochant l’image des yeux ou en l’agrandissant. Lorsque j’étais jeune, j’ai fréquenté régulièrement des cours et des ...
>> mehr lesen

«Monet est un grand jardin» (Mi, 26 Apr 2017)
La Fondation Beyeler, le musée d'art le plus visité de Suisse, fête cette année son 20e anniversaire. Sam Keller, conservateur de renommée internationale, en est le directeur depuis presque 10 ans; il nous parle de l’art des expositions, des Nymphéas de Claude Monet et du futur deuxième bâtiment de la Fondation. swissinfo.ch: En 20 ans, la Fondation Beyeler est devenue le musée le plus couru de Suisse. Quels ont été les étapes principales pour en arriver là? Sam Keller: Le musée, qui au départ n’était qu’une collection, s’est élargi pour devenir une maison accueillant des expositions internationales – cela a été une étape importante. Après la mort des fondateurs Ernst et Hildy Beyeler, la Fondation a pu s’appuyer sur de nombreuses épaules, et cela a été décisif. Ensuite, il y a naturellement l’importance du contenu: le musée a toujours mis un accent particulier sur le moderne et un autre sur le contemporain. Nos fondateurs ont dit: nous ne voulons pas faire des expositions pour ...
>> mehr lesen

Plus d'informations sur www.swissinfo.ch !