L'actualité culturelle suisse


Charlot au Palais de glace (jeu., 7 déc. 2017 16:07:00 GMT)
Le Palais de glace du Jungfraujoch a un nouvel hôte: Charlie Chaplin. Sa statue de glace est l’œuvre du sculpteur britannique John Doubleday. Charlot est désormais décliné en glace, de la main même de l’homme qui a réalisé les statues de bronze qui trônent sur le quai de Vevey, en Suisse et à Leicester Square, à Londres. Le vagabond le plus célèbre du 20e siècle y est représenté avec le garçon qui a ému le monde dans le film «Le Kid», sorti en 1921. John Doubleday a déjà réalisé une statue de Sherlock Homes pour ce palais de glace du Jungfraujoch, à 3466 mètres d’altitude, dans les Alpes bernoises, que l’on atteint en empruntant le chemin de fer le plus haut d’Europe Acteur, compositeur, réalisateur et producteur britannique, Sir Charles Spencer Chaplin est mort il y a 40 ans, le 25 décembre 1977, dans sa propriété du Manoir de Ban, au-dessus de Vevey. Il y avait passé les 25 dernières années de sa vie. La demeure est depuis peu transformée en musée.
>> mehr lesen

Johnny Hallyday et la Suisse, une histoire d’amour (mer., 6 déc. 2017 07:55:00 GMT)
Johnny Hallyday est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 74 ans, des suites d'un cancer du poumon. Retour sur la relation particulière que le chanteur français a entretenu avec la Suisse dès le début de sa longue carrière.  Le grand dossier de RTS culture: hommages, souvenirs, vidéos et caricatures De «Que je t'aime» à «Allumer le feu» en passant par «Le Pénitencier» ou «Marie», celui qui restera à jamais l’idole des jeunes du monde francophone a marqué une époque. Johnny Hallyday s'est éteint à 74 ans, au terme d’une carrière longue de 57 ans. La plus grande rock-star que la France ait jamais connue laisse 110 millions de disques vendus dans le monde.  Tout au long de sa vie, Johnny Hallyday a eu une relation particulière avec la Suisse. De son passage au pénitencier de Bochuz à son chalet à Gstaad, retour sur la carrière helvétique du rockeur. Son dernier passage en Suisse avait eu lieu le 13 juin dernier à Genève, dans le cadre de la tournée des «Vieilles ...
>> mehr lesen

Séverine von Kaenel: au Portugal en camping-car pourri (dim., 3 déc. 2017 10:00:00 GMT)
Le rêve de la mer. Chez Séverine von Kaenel, il a dû mûrir longtemps avant qu’elle se décide l’année dernière à s’y risquer. Aujourd’hui, à 38 ans, elle vit dans un village de pêcheurs où elle a réussi à le réaliser – même si ça n’est pas toujours facile. swissinfo.ch: Quand et pourquoi avez-vous quitté la Suisse? Séverine von Kaenel: Je pensais à émigrer depuis plus de dix ans. Je pratique plusieurs sports nautiques depuis ma jeunesse et il y a quelques années, je suis devenue fan de surf. Vivre un jour au bord de la mer n’était pas seulement un rêve, mais une certitude pour moi. C’est juste que le bon moment ne venait jamais - comme pour la plupart des gens qui remettent une décision à plus tard. Pour faire court, disons qu’après plusieurs événements, je me suis décidée un jour à faire le grand saut. Après, tout est allé comme sur des roulettes et j’ai pu partir bien plus vite que je me l’étais imaginé. A l’été 2016, j’ai fourré toute ma vie dans mon vieux camping-car pourri ...
>> mehr lesen

Annemarie Schwarzenbach en voyage vers l'Orient (sam., 2 déc. 2017 10:00:00 GMT)
Juin 1939. A la veille du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, une vieille Ford quitte la Suisse pour l'Afghanistan. A bord, deux femmes: l'écrivaine Ella Maillart et la journaliste Annemarie Schwarzenbach. Affaiblie par la morphine, dont elle est désormais dépendante, la journaliste et photographe Annemarie Schwarzenbach se soigne chez elle à Sils, un village au pied des Alpes grisonnes. C'est ici que le rêve d'un voyage en Orient prend forme, en compagnie de l'amie genevoise et écrivaine Ella Maillart. Au cours de l'été 1939, les deux pionnières suisses entreprennent un voyage mémorable, laissant derrière elles une Europe en proie au fascisme et au nazisme. Au volant d'une Ford, elles traversent les Balkans en direction de l'Iran et de l'Afghanistan, puis arrivent en Inde. La relation entre les deux femmes s'effrite toutefois sous le poids de la morphine, dont Annemarie Schwarzenbach est incapable de se détacher. En octobre 1939, leurs routes se séparent: si Ella ...
>> mehr lesen

CNNMoney débarque en Suisse (jeu., 30 nov. 2017 13:00:00 GMT)
CNNMoney Switzerland, une nouvelle chaîne de télévision en anglais dédiée à l’information financière et économique, sera lancée à l'occasion du prochain Forum économique mondial (WEF). Dès le 24 janvier 2018, CNNMoney Switzerland diffusera ses contenus multimédias sur des thèmes liés à la finance, l’économie, la culture et les loisirs depuis ses studios de Zurich. Les nouvelles seront disponibles sur Internet, à la télévision et sur les réseaux sociaux. «Nous ne lançons pas seulement une nouvelle chaîne, mais une nouvelle opération médias», a déclaré Christophe Rasch, fondateur et directeur général de CNNMoney Switzerland devant les journalistes réunis mercredi à Zurich. Christoph Rasch a l'ambition de créer dans le pays «une plateforme qui n'existe pas», de premier plan, focalisée sur la Suisse. Il veut offrir aux décideurs économiques, mais aussi aux politiques, lors d'évènements internationaux se déroulant sur sol helvétique, une «passerelle» vers le monde. Une voix sur ...
>> mehr lesen

Pressions pour que Bâle restitue enfin des œuvres d’art spoliées (mar., 28 nov. 2017 10:00:00 GMT)
Il y a neuf ans, Bâle rejetait une réclamation portant sur une centaine d'œuvres d'art - dont des tableaux d'Edvard Munch, Henri Matisse et Marc Chagall – acquises par le Kunstmuseum de la ville, alors qu’elles appartenaient au célèbre directeur de musée et critique d'art Curt Glaser spolié par les Nazis. Aujourd'hui, Bâle fait face à une pression croissante pour restituer les œuvres.  Une lithographie d'un nu en noir, rouge et bleu d'Edvard Munch (Madonna), une aquarelle représentant deux blondes rieuses de Max Pechstein et une gravure d'un musicien jouant du violoncelle de Chagall font partie des trésors du Musée des Beaux-Arts de Bâle. Ces œuvres appartenaient autrefois à l'historien et critique d'art Curt Glaser, directeur de la Bibliothèque d'art de Berlin, ami de Munch et de Max Beckmann. Mais quelques mois après l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933, ils introduisirent une loi visant à débarrasser la fonction publique des juifs (selon la définition raciste des nazis) et ...
>> mehr lesen

«J’ai toujours voulu rester au Tessin» (ven., 24 nov. 2017 12:18:00 GMT)
Des locaux où l’on réparait des Fiat sont aujourd’hui investis par des concerts et des expositions d’art. C’est l’Espace Morel à Lugano, un projet lancé par l’association «Drunken Sailors», dont Noah fait partie. Le musicien de 24 ans nous accompagne à la découverte d’une réalité non homologuée. «Nous avons cherché longtemps un lieu adapté pour pouvoir créer un univers culturel différent, qui donne la possibilité aux artistes de s’exprimer librement et de se faire connaître du public. Et finalement, nous avons trouvé un accord pour utiliser ces locaux et nous nous sommes lancés» explique Noah, un des fondateurs de l’association culturelle «Drunken Sailors».  People of Switzerland est un projet multimédia des journalistes freelance Jennifer Greenland et Nora Hesse. Des personnes de toutes les villes, villages et vallées de la Suisse parlent de leur vie dans les quatre langues nationales ou en anglais. Ce sont les gens qui façonnent la Suisse, chacun à sa manière. Comment se ...
>> mehr lesen

Une légende de la photographie suisse au milieu des machines (sam., 18 nov. 2017 10:00:00 GMT)
La Fondation suisse pour la Photographie de Winterthour présente 140 clichés de Jakob Tuggener, qui est considéré comme l’une des personnalités marquantes de l’histoire de la photographie en Suisse. Toutes les photos tournent autour du thème des machines. L’exposition est à voir jusqu’au 28 janvier. Jakob Tuggener (1904-1988) se démarque dans le paysage de la photographie suisse par l’expressivité et la forte personnalité de ses images. L’artiste était à l’aise dans plusieurs mondes. Il a par exemple su restituer comme nul autre l’atmosphère des bals, des fêtes et de la vie nocturne. Mais c’est certainement le monde des fabriques et de l’industrie qu’il connaissait le mieux. Et pour cause. Il avait lui-même suivi une formation de dessinateur en machines, puis travaillé dans le secteur de la construction. C’est à la fin des années 1920, après avoir perdu son emploi en raison de la Grande Crise, qu’il s’était finalement orienté vers l’art et la photographie. L’exposition «Jakob ...
>> mehr lesen

La vente du «Salvator Mundi», ou le jeu du qui perd gagne (ven., 17 nov. 2017 13:54:00 GMT)
En cédant mercredi son «Salvator Mundi», peint par Léonard de Vinci, l’oligarque Dmitri Rybolovlev a réalisé une incroyable plus-value de 322,8 millions de dollars. Mais il a aussi perdu une manche décisive dans le bras de fer qui l’oppose au transporteur d’œuvres d’art Yves Bouvier. Depuis 2015, le Russe accuse le Suisse de l’avoir escroqué en lui vendant des tableaux.           Cela s’appelle une victoire à la Pyrrhus, comme ce roi d’Epire qui défit les Romains pendant la bataille d’Héraclée, trois siècles avant notre ère, mais dont l’armée souffrit de pertes irremplaçables. Certes, son «Salvator Mundi» (sauveur du monde), vendu 450,3 millions de dollars, est devenu la toile la plus chère du monde. Et Dmitri Rybolovlev a encaissé un peu plus de 300 millions en quelques minutes (la vente aux enchères chez Christie’s à New York n’a duré que 19 minutes). Le milliardaire n’avait acheté ce tableau «que» 127,5 millions de dollars en 2013. Seulement voilà, c’est Yves Bouvier, ...
>> mehr lesen

«C’est le regard de gens que me touche» (jeu., 16 nov. 2017 09:30:00 GMT)
Le photographe Marcel Imsand est mort samedi à Lausanne à l'âge de 88 ans. Il était notamment connu pour ses portraits de célébrités. Retour en forme d’hommage sur une visite effectuée à son atelier lausannois en 2011. (Archives RTS/swissinfo). C’est aujourd’hui jeudi le dernier adieu à Marcel Imsand lors d’une cérémonie religieuse à Lausanne. Il restera connu pour ses nombreux portraits, que ce soit des stars ou d’anonymes. Également photographe de presse, son parcours l'a notamment amené à capter le monde rural. Son travail est rassemblé dans le fond Marcel Imsand, aujourd'hui en mains du Musée de l'Elysée à Lausanne. Grand photographe, portraitiste et poète de la lumière, Marcel Imsand pratiquait le reportage social et journalistique. Il a participé à quelque 80 livres, dont deux qui pérennisent la Fête des Vignerons. Maître dans son art, cet observateur ne truquait pas ses photos, n'usait d'aucun flash. Autodidacte, Marcel Imsand avait su convaincre par la force de son ...
>> mehr lesen

Annemarie Schwarzenbach: les photos de son aventure (mer., 15 nov. 2017 13:01:00 GMT)
Écrivaine, journaliste et photographe, Annemarie Schwarzenbach a vécu en rupture avec son milieu pour devenir une icône. À l'occasion du 75e anniversaire de sa mort tragique, plus de 3 000 de ses photographies de voyage ont été mises à la disposition de tous. (SRF, swissinfo. ch) Annemarie Schwarzenbach est née à Zurich le 23 mai 1908 dans une famille d’industriels de la soie. Son grand-père n’est autre que Ulrich Wille, le très germanophile général de l’armée suisse durant la Première guerre mondiale.   Troisième d'une famille de cinq enfants, elle décide de devenir écrivaine à l'âge de 17 ans. Et s’en va étudier l'histoire à Paris et à Zurich où elle obtient sa thèse en 1931. En 1933, Annemarie Schwarzenbach commence à travailler comme journaliste et photographe pour des magazines et journaux suisses. Elle parcourt le monde, s’échappant d’une famille heurtée par son non-conformisme et son attirance pour les femmes, alors que l’Europe est tenaillée par le fascisme et le ...
>> mehr lesen

L’âme des soldats du monde entier sur la palette d’un peintre vaudois (lun., 13 nov. 2017 09:19:00 GMT)
Le musée de la Légion d’honneur de Paris expose l’intégralité des pastels de «poilus» du peintre Eugène Burnand. Une série étonnante, qui reflète la diversité de la coalition contre l’Allemagne. Printemps 1917. Le peintre vaudois Eugène Burnand, 66 ans, s’installe dans son appartement parisien pour entreprendre sa dernière «mission»: dessiner au pastel l’armée alliée dans toute sa diversité. «Il s’agissait pour moi d’étudier le combattant moderne au point de vue psychologique», raconte Burnand dans son livre de bord «Liber Veritatis», jamais publié. Le natif de Moudon est alors surtout réputé pour ses vues naturalistes de la Broye, la région qui l’a vu grandir, et pour ses tableaux religieux. Avec son contemporain et rival Ferdinand Hodler, il incarne la peinture suisse. Les deux hommes se disputent les honneurs des mêmes expositions, concourent aux mêmes projets, notamment les nouveaux billets de banque helvétiques. Un monde pourtant sépare le modernisme en vogue de Hodler ...
>> mehr lesen

Ferdinand Hodler et l’Allemagne, une relation passionnée (dim., 12 nov. 2017 10:00:00 GMT)
Un an avant le centenaire de sa mort, le peintre suisse Ferdinand Hodler fait l’objet d’une grande exposition à Bonn en Allemagne, un pays qui a tôt reconnu son talent contrairement à son pays natal. Visite. Le monde artistique célébrera l’an prochain le 100e anniversaire de la mort de Hodler. La Bundeskunsthalle de Bonn réalise donc un coup stratégique en lui consacrant dès maintenant une exposition. «En 2018, de nombreuses peintures présentées ici ne nous auraient pas été prêtées», reconnaît la commissaire de l’exposition Angelica Francke. Elle ne tarit pas d’éloges et de remerciements à l’égard des musées et des collectionneurs suisses, en particulier du musée de Berne. «La disponibilité manifestée par les Suisses nous a vraiment fait plaisir», dit-elle. La dernière grande exposition consacrée au peintre suisse en Allemagne remontait à 18 ans. Il était donc temps d’en monter une nouvelle, ont estimé les organisateurs. Ils ne se limitent pas à présenter Hodler en tant que ...
>> mehr lesen

Quand le temps se fige au village (sam., 11 nov. 2017 10:00:00 GMT)
Le cadran de l’horloge de la tour de l’église protestante de Möriken brille à nouveau.  Au cours des derniers mois, le temps s’était arrêté dans ce village du canton d’Argovie: plus d’aiguilles, plus de chiffres et plus de cloches. Le rapide coup d’œil à l’horloge des passants en chemin pour la gare se heurtait à une façade blanche et vide.   L’histoire des horloges mécaniques remonte au 14e siècle. L’un des premiers exemplaires de Suisse a été monté en 1385 à Lucerne par l’horloger bâlois Heinrich Halder. En 1408, elle a été installée sur la tour du Musseg. Ainsi, les bateaux qui naviguaient sur le lac des Quatre-Cantons pouvaient ajuster leurs temps de navigation en fonction de l’horloge. L'horloge de la tour de Möriken n'est pas si ancienne. L'église a été inaugurée le 15 octobre 1950 et son aspect originel a été préservé jusqu' à ce jour. A l'occasion de vastes travaux de rénovation, la paroisse a décidé de faire réviser l'horloge. L’entreprise Muribaer, basée à Büron dans le ...
>> mehr lesen

Soldats de tous pays, unissez-vous - dans l'atelier du peintre (jeu., 9 nov. 2017 14:52:00 GMT)
Au printemps 1917, le peintre vaudois Eugène Burnand, 66 ans, effectue à Paris une série de portraits des sans-grade de l'armée alliée qui va battre l'Allemagne sur le front de l'Ouest. Multicolore, on dirait aujourd'hui multiethnique, cette immense coalition franco-anglaise (et bientôt américaine) regroupe non seulement des hommes de la métropole, mais aussi des immenses empires coloniaux des alliés, empires sur lesquels, selon la formule d'alors "le soleil ne se couche jamais". Traditionaliste et méticuleux, l'artiste s'est attaché à capturer l'âme de ces hommes - dont beaucoup vont mourir -, estimant quant à lui que la peinture est mieux à même de le faire que ne le sera jamais la photographie.
>> mehr lesen

«Nous vivons dans une dictature des médias asociaux» (jeu., 9 nov. 2017 09:50:00 GMT)
Le musée m.a.x. à Chiasso consacre une exposition personnelle au photographe star italien Oliviero Toscani (75 ans). Dans une interview accordée à swissinfo.ch, il s’exprime sur sa formation à Zurich, son travail, son engagement civil ainsi que les accusations de provocation dont il a fait l’objet. Oliviero Toscani Oliviero Toscani est né à Milan le 28 février 1942. Il est le fils de Fedele Toscani, un pionnier du photojournalisme italien, qui travaillait pour le «Corriere della Sera».  Oliviero Toscani a acquis une renommée internationale en particulier à travers les campagnes de publicité Benetton menées entre 1982 et 2000. Il a mis fin à sa collaboration avec la maison italienne après une campagne contre la peine de mort aux USA, après que le fondateur de la marque, Luciano Benetton, eut publiquement pris ses distances avec lui. En 1990, le photographe a créé «Colors», une revue trimestrielle internationale consacrée à la photographie. En 1993 il a fondé le centre de ...
>> mehr lesen

L’heure de vérité arrive pour la Nati de Petkovic (mer., 8 nov. 2017 15:30:00 GMT)
Son bilan chiffré fait de lui le meilleur sélectionneur de l’équipe nationale de football que la Suisse ait jamais connu. Mais ce succès pourrait être remis en question dans les prochains jours. L’enjeu est de taille pour l’équipe suisse. Et pour Vladimir Petkovic. Il sait d’ailleurs bien à quelle vitesse le vent tourne dans son métier. Portait. Pour comprendre Vladimir Petkovic, il faut revenir sur une déclaration qui remonte à quelques années: «La méfiance est profondément ancrée en moi». Âgé de 54 ans, cette méfiance lui a permis de faire son chemin et il est maintenant en Suisse l’entraîneur le plus en vue. Un peu partout, ses décisions sont discutées et critiquées, que ce soit dans les médias, aux tables des bistrots ou en famille. En tant que coach de l’équipe nationale, il se retrouve exactement là où il n’est pas à l’aise, soit au centre de l’attention. «J’ai dû apprendre ce que cela signifie d’être entraîneur national», dit-il. «Cela m’a pris du temps». Il y a ...
>> mehr lesen

Jorrit Britschgi, un spécialiste de l’art himalayen à New York (mar., 7 nov. 2017 14:24:00 GMT)
Un Suisse vient d’être nommé à la tête du Rubin Museum de New York, consacré à l’art de la région de l’Himalaya. Le Zurichois Jorrit Britschgi avait déménagé aux Etats-Unis en mars 2016 avec toute sa famille pour devenir le curateur du musée. En octobre 2017, il en est devenu le directeur général.   Originaire du canton d’Obwald, en Suisse centrale, Jorrit Britschgi s’occupe désormais de la culture et de l’art de l’Himalaya à New York. Il avait auparavant occupé le poste de conservateur de la division peinture indienne du Musée Rietberg à Zurich. Comment est née sa passion pour l’Asie? Et comment sa famille s’est-elle adaptée à la vie newyorkaise? swissinfo.ch a rencontré le Suisse sur son lieu de travail dans le quartier de Chelsea.  «Ma carrière n’est pas un rêve d’enfant et il n’y a pas non plus eu une expérience clé», explique Jorrit Britschgi. «Je me rappelle toutefois de quelques contacts. Des connaissances de mes parents avaient une collection d’art asiatique qui m’avait ...
>> mehr lesen

Yeux de verre (sam., 4 nov. 2017 10:00:00 GMT)
Les yeux sont le miroir de l'âme. Mais que se passe-t-il quand on en a perdu un à cause d'un accident ou d'une maladie? Matthias Buckel est un maître pour fabriquer des yeux en verre sur mesure. A la suite d'un grave accident quand il était jeune, Matthias Buckel a dû abandonner son métier d'artiste de théâtre. C'est ainsi qu'il a commencé à s'intéresser à l'art de son père: le soufflage du verre. Werner Buckel a enseigné à son fils les secrets de cette technique qu'il avait lui-même héritée de son oncle, Ernest Greiner. Greiner était originaire de Lauscha, un petit village allemand situé dans les forêts de Thuringe, connu pour son soufflage du verre. A Lauscha, on ne produit pas seulement des décorations de Noël comme les boules du sapin de Noël, mais aussi divers objets en verre. Aujourd'hui encore, Matthias Buckel continue d'utiliser du verre cryolithique, qui contient des additifs minéraux de Lauscha. Ernest Greiner s'était installé à Genève en 1896. Depuis lors, ...
>> mehr lesen

Un écrin en bois pour des montres de luxe (ven., 3 nov. 2017 13:27:00 GMT)
L’horlogerie suisse vit une période faste depuis le début des années 2000. Cela a poussé de nombreux fabricants à investir massivement dans les infrastructures. Cela vaut notamment pour Omega, deuxième marque de montres dans le monde après Rolex, qui a inauguré un nouveau centre de production futuriste à Bienne, dans le canton de Berne.  Le bâtiment d'une superficie de 16'000 m2, qui possède une ossature en bois et qui a été conçu par l'architecte japonais Shigeru Ban, a coûté 150 millions de francs. Edifiée sur la partie ouest de l'aire Omega, la manufacture réunit sous le même toit l'ensemble des processus d'assemblage et de tests de la marque.  Elle accueille chaque étape de fabrication tout en offrant un espace de stockage. L'architecte japonais, réputé pour ses structures sophistiquées et ses techniques non conventionnelles, a opté pour un mélange d'épicéa suisse et de béton et pour un agencement devant permettre de «fluidifier au maximum le processus de manufacture».
>> mehr lesen

La sulfureuse collection Gurlitt dévoilée à Berne (jeu., 2 nov. 2017 14:39:00 GMT)
Le rideau se lève sur une partie de la fameuse et controversée collection Gurlitt, ce jeudi à Berne. Deux expositions parallèles en Suisse et en Allemagne présentent quelque 400 œuvres, dont certaines proviennent de spoliation.   Intitulée «L'art 'dégénéré' - confisqué et vendu», l'exposition bernoise s'intéresse à l'art moderne banni par le régime national-socialiste allemand. Elle aborde notamment les processus politiques qui, dans les années 1930 et 1940, ont mené à la destruction ou à la vente de ces œuvres qualifiées de «dégénérées».  A Bonn, le deuxième volet de l'exposition se penche sur les spoliations nazies et leurs conséquences. Les deux présentations seront interverties au printemps 2018.  Négociant d'art pour les nazis  Les pièces présentées proviennent de la succession de Hildebrand Gurlitt (1895-1956), un marchand d'art qui s'est particulièrement intéressé à l'art moderne. D'abord menacé par les nazis, il est ensuite devenu un négociant privilégié du régime, ...
>> mehr lesen

Laura Scholl: «Comment je suis devenue une Japonaise souffrant du mal du pays» (jeu., 2 nov. 2017 13:43:00 GMT)
Laura Scholl, 34 ans, a vécu plusieurs années au Japon durant ses études, avant d’y émigrer. Elle est maintenant de retour en Suisse pour une année afin d'achever une formation postgrade. Laura Scholl se sent comme une Japonaise qui souffre du mal du pays et jette un regard nostalgique sur le temps qu'elle a passé à Tokyo. swissinfo.ch: Quand et pour quelles raisons avez-vous quitté la Suisse? Laura Scholl: J'ai étudié l'histoire de l'art de l’Asie orientale, la langue et la civilisation japonaises ainsi que la sinologie. Pendant mes études, j'ai passé au total trois ans au Japon. Déjà lors de mon premier voyage – un court séjour de six semaines dans une école de langues à Okazaki, dans la préfecture d'Aichi – je savais que je voulais vivre et travailler au Japon. J'ai émigré dans ce pays directement après avoir obtenu ma licence au printemps 2012, afin de commencer une carrière dans le domaine des ressources humaines et du recrutement. J'ai gravi les échelons petit à petit, ...
>> mehr lesen

Il y a 50 ans, le premier bancomat apparaissait à Zurich (mer., 1 nov. 2017 15:25:00 GMT)
Inventé par un typographe écossais, le premier distributeur automatique de billets de banque en Suisse a été mis en service le 1er novembre 1967 à Zurich. Une nouveauté qui a bouleversé les habitudes de la population. Si au cours des dernières années, les retraits d’argent liquide ont diminué, le futur du bancomat semble assuré.  Il s’appelle John Adrian Stepherd-Barron et est considéré comme le père du bancomat. Un jour, le typographe écossais s’est rendu à la banque pour retirer de l’argent mais trouva les portes de l’établissement fermées. Il a alors pensé: pourquoi ne pas construire une machine comme celles qui distribuent des barres de chocolat 24 heures sur 24? C’est ainsi qu’en juin 1967, le premier bancomat a été conçu au nord de Londres.  En Suisse, la première machine de ce type est entrée en service le 1er novembre 1967, il y a 50 ans jour pour jour. Au début, la carte perforée ne pouvait toutefois être utilisée que pour dix retraits et pour une somme maximum de 200 ...
>> mehr lesen

Le cimetière sculpté dans le bois de Jaun (mer., 1 nov. 2017 09:56:00 GMT)
C’est une attraction touristique surprenante : le cimetière de Jaun (Bellegarde), un plaisant village à plus de mille mètres d’altitude au cœur des Préalpes fribourgeoises, attire les visiteurs d’un peu partout. Les crucifix en bois aux bas-reliefs sculptés à la main, qui illustrent la vie et les passions des défunts, font de ce cimetière un patrimoine culturel. Au premier regard, le cimetière adossé à l’église semble être une sorte d’exposition à ciel ouvert, où l’artisanat, l’art et la spiritualité se rencontrent. La lumière et les couleurs de la nature en cette splendide journée automnale au cours de laquelle nous le parcourons en exaltent encore davantage la beauté. Werner Schuwey, enseignant à la retraite et organiste, nous accompagne. Il a grandi à Jaun, de son nom français Bellegarde, et a donc suivi de près la naissance et le développement de la tradition des crucifix funéraires particuliers qui ont rendu célèbre le cimetière. Mais surtout, il était l’ami et le confident ...
>> mehr lesen

Où commence la Suisse et où finit-elle? (sam., 28 oct. 2017 09:00:00 GMT)
Cinq photographes de renommée internationale ont été invités à questionner la Suisse au-delà des clichés. Leurs images cocasses, poétiques ou énigmatiques, invitent à poser un regard neuf sur ce qui nous est familier. Le projet a été initié par la Fondation suisse pour la photographie en coproduction avec le Musée de l’Elysée et le soutien de Suisse Tourisme.  A l’occasion de son centième anniversaire en 2017, Suisse Tourisme a choisi un projet hors du commun pour poser un nouveau regard sur la richesse de la photographie de notre pays. Sous la direction de la Fondation suisse pour la photographie (Winterthour) et du Musée de l’Elysée (Lausanne), les photographes Alinka Echeverría (Mexique/Grande-Bretagne), Shane Lavalette (Etats-Unis), Eva Leitolf (Allemagne), Simon Roberts (Grande-Bretagne) et Zhang Xiao (Chine) ont été invités à questionner l’image de la Suisse en tant qu’observateurs indépendants, subjectifs et sensibles, libres de tout mandat publicitaire. Leurs images ...
>> mehr lesen

Un pas de plus pour inscrire le Mont-Blanc au patrimoine mondial (mer., 25 oct. 2017 12:04:00 GMT)
À Chamonix dans la Haute-Savoie, des élus suisses, français et italiens ont signé mardi à Chamonix une déclaration d'intention. Ils veulent lancer les "démarches préalables" en vue d'une candidature du massif du Mont-Blanc au patrimoine mondial de l'Unesco. Les représentants des collectivités locales et des gouvernements des trois Etats, dont le conseiller d’Etat du Canton du Valais Christophe Darbellay, se sont réunis en Conférence transfrontalière. Ils se sont "symboliquement donné la main pour garantir la préservation et une valorisation active" du massif, selon un communiqué de la structure de concertation Espace Mont-Blanc. La déclaration d'intention signée mardi vise à engager "les démarches préalables et nécessaires au lancement conjoint d'une procédure de classement du Massif du Mont-Blanc au patrimoine mondial de l'Unesco". A cheval entre la France, le Valais et la vallée d'Aoste italienne, le massif du Mont Blanc culmine à 4808 mètres, ce qui en fait le plus haut ...
>> mehr lesen

Nina Bader: «La vie à Vancouver est beaucoup plus détendue» (mar., 24 oct. 2017 15:00:00 GMT)
C’est pendant ses études que Nina Bader, 27 ans, a appris à aimer la ville canadienne de Vancouver. Elle y a trouvé l’amour et un travail. Elle apprécie le style de vie décontracté de la côte ouest et les multiples possibilités culinaires qu’offre la ville en bord de mer. swissinfo.ch: Quand et pourquoi avez-vous quitté la Suisse? Nina Bader: Mon histoire est un peu compliquée – en 2012, je suis venue pour six semaines au Canada, afin de voyager à travers le pays. Comme cela m’avait tellement plu, je suis revenue pour un séjour linguistique de six mois. Ensuite, j’ai fait une année d’études à Vancouver, et comme je n’en avais toujours pas assez de cette ville et qu’en plus, j’avais rencontré mon ami, j’ai bouclé mon Master et j’ai cherché un job à Vancouver. Maintenant, je travaille depuis sept mois pour la Chambre de commerce suisse. Les premiers mois ont été comme une montagne russe d’émotions – tout est nouveau et excitant, mais en même temps, on est un peu tourmenté par le ...
>> mehr lesen

Un pionnier de l'art moderne (mar., 24 oct. 2017 14:19:00 GMT)
L'année prochaine, le monde de l'art célèbre le 100e anniversaire de la mort de Ferdinand Hodler. A cette occasion, la Bundeskunsthalle de Bonn expose une centaine de tableaux, dont certains de grande taille, et plus de 40 dessins de l'artiste suisse.
>> mehr lesen

Comment lutter contre les discours de haine en Suisse (mar., 24 oct. 2017 11:00:00 GMT)
Il était déjà assez difficile de faire la distinction entre la liberté d'expression et la discrimination avant Internet. Les médias sociaux et la communication instantanée en ont fait un champ de mines, comme le montre l'exemple de la Suisse. La semaine dernière, à Delémont, dans l'ouest de la Suisse, une altercation entre deux garçons devant la gare a été filmée, puis mise en ligne. Elle montrait que l'un s'approchait de l'autre, le jetant au sol, avant que les deux se séparent. Quelque 50’000 vues et 20’000 partages plus tard, la vidéo a été enlevée par la mère de l'adolescent agressé sur les conseils de la police locale. La raison? Plusieurs des centaines de commentaires portaient sur l'ethnicité, l'agresseur étant noir et la victime blanche. La discussion a été très violente, une grande partie des propos pointant les immigrés. Avant même que l'agresseur du garçon n'ait été retrouvé, le parquet régional avait prévenu que tout autre commentaire incitant à la haine ou au ...
>> mehr lesen

Quand la nature se donne en spectacle (dim., 22 oct. 2017 13:30:00 GMT)
Bientôt les arbres se dépouilleront de leurs dernières feuilles et l'on sera contraint de se vêtir d'habits chauds. Mais avant que l'air ne refroidisse et que la grisaille s'impose dans le ciel, l'automne montre une fois encore son meilleur côté. Certaines images semblent presque surréalistes, tellement l'intensité des couleurs est soulignée par la chaude lumière d'automne. Un spectacle naturel qui  cette année a donné le meilleur de lui-même, grâce aux températures douces et au ciel clair du début d'octobre. 
>> mehr lesen

La plus grande légende suisse mise en scène (sam., 21 oct. 2017 12:00:00 GMT)
Le festival en plein air de Tell à Interlaken a une longue tradition. Dans le cadre de leur projet de livre, Markus Bertschi et Severin Jakob ont fait un voyage au Moyen Âge. Hallebardes, torches et casques de chevalier côtoient oies empaillées, barbes factices et éclairage ultra-moderne: le drame de Friedrich Schiller «Guillaume Tell» est joué à Interlaken, à ciel ouvert, de juin à la mi-septembre. Tout avait commencé en 1912, lorsqu’un enseignant avait pour la première fois monté le spectacle avec ses élèves. Mis à part des interruptions dues aux Guerres mondiales, le spectacle a depuis lors lieu chaque année. Un décor fixe a été construit en 1954. Environ 130 comédiens amateurs y jouent la comédie. Outre les habitants de la région, des demandeurs d'asile et des personnes souffrant d'un handicap mental participent également. Dans leur projet de livre intitulé «Fabuleux», les photographes zurichois Severin Jakob et Markus Bertschi se sont intéressés aux coulisses et aux ...
>> mehr lesen

La vie de traducteur en Suisse (sam., 21 oct. 2017 07:00:00 GMT)
Dans un petit pays avec quatre langues officielles et une cinquième, l’anglais, non officielle, comment fonctionne le travail des traducteurs professionnels en Suisse? Y a-t-il un pays qui a plus besoin de traducteurs que la Suisse? Notre petit pays de 8,3 millions d'habitants reconnaît quatre langues officielles – l’allemand, le français, l’italien, le romanche – et l’anglais, comme cinquième couramment utilisée. Les immigrants représentent 25% de la population. Et la Suisse est également le siège des Nations Unies, d'ONG, d'organismes gouvernementaux, d'entreprises multinationales et d'organisations artistiques qui ont besoin de produire des documents dans différentes langues. La Suisse est donc un pays riche d'opportunités pour les traducteurs et interprètes professionnels (les traducteurs travaillant sur des documents écrits, les interprètes sur la communication orale). Qui sont ces personnes et quels sont les défis et les avantages de leur profession en Suisse? Rencontre ...
>> mehr lesen

L'enfance volée des «enfants des fabriques» (mer., 18 oct. 2017 09:04:00 GMT)
Pendant l'industrialisation, des enfants trimaient jusqu'à l'épuisement dans les usines suisses. C'est avant tout grâce à un politicien marginal que cette pratique a été interdite relativement tôt. «Recherche ouvriers: deux familles nombreuses, tout particulièrement avec enfants aptes au travail, trouvent un bon accueil dans une production de filature fine.» C'est avec cette annonce parue dans l'«Anzeiger von Uster» que le propriétaire d'une fabrique suisse recrutait des employés dans les années 1870. Il allait de soi que les enfants de la famille devaient trimer avec les autres. Le travail des enfants n'a certes pas été introduit en Suisse avec le développement des usines mais, à l'ère de l'industrialisation, il a basculé d'une pratique ordinaire à une véritable exploitation. Avant la révolution industrielle, agriculteurs et travailleurs à domicile considéraient déjà leurs enfants avant tout comme une force de travail. La famille était principalement une communauté de ...
>> mehr lesen

La bande dessinée a désormais une Ecole supérieure à Genève (mar., 17 oct. 2017 09:44:00 GMT)
Unique en Suisse, elle a ouvert ses portes début septembre. Le choix de Genève n’est pas anodin. «La ville a vu naître Rodolphe Töpffer, inventeur de la BD moderne», comme le rappelle le bédéiste genevois Tom Tirabosco, qui s’est battu pour que cette Ecole voit le jour.  Dans le domaine de la bande dessinée francophone, Tom Tirabosco (51 ans) occupe une place de choix. Ce bédéiste à la plume drôle, cinglante, humaniste, sourcilleuse… est également l’auteur très inspiré de livres illustrés pour enfants, de caricatures de presse, de portraits et d’autoportraits auréolés non pas de gloire, mais d’humour farcesque. La gloire, c’est la reconnaissance du milieu artistique qui s’est chargée de la lui apporter. Une formation de deux ans Placée sous l’autorité du DIP (Département de l’instruction publique, de la culture et du sport, Genève), l’Ecole supérieure de bande dessinée et d’illustration dispense une formation de 2 ans. Cette formation intègre également le dessin de presse, le ...
>> mehr lesen

La Réforme sur le mur du Palais fédéral (lun., 16 oct. 2017 12:43:00 GMT)
Le spectacle de son et lumière «Rendez-vous Bundesplatz» rend cette année hommage à la Réforme. Durant six semaines, le Palais fédéral sera éclairé avec des images médiévales. Cette année, le show s'intitule «Reset» et célèbre les 500 ans de la Réforme. Projetée sur les murs, la scénographie lumineuse a embarqué les premiers spectateurs à travers les époques, du Moyen Âge à l'époque contemporaine, thématisant le début de l'imprimerie, la division de l'Eglise catholique et la découverte d'un nouveau continent. «Cette formidable histoire mêle iconoclasme et danse macabre, peste et indulgences avec Luther, Zwingli, Calvin, avec l’amour, la haine et la mort», ont indiqué les organisateurs dans un communiqué. Un demi-million de spectateurs «Rendez-vous Bundesplatz» attire chaque année plus d'un demi-million de spectateurs de Suisse et de l'étranger, selon les organisateurs. Jusqu'au 25 novembre, le public pourra assister aux projections tous les jours à 19h00 et à 20h30. Le ...
>> mehr lesen

Portraits immortels (sam., 14 oct. 2017 09:00:00 GMT)
Les portraits de Sébastien Kohler sont fascinants et provocants. Les personnes regardent droit dans l’objectif, ce qui confère aux images profondeur et intensité. Et l’artiste recourt à une technique ancienne. Né en Suisse en 1969, Sébastien Kohler vit à Lausanne. Il a appris seul l’art de la photographie. Il utilise la technique dite du collodion humide, développée au 19e siècle par l’Anglais Frederick Scott Archer. Le principe est simple: si l’on tient un négatif contre un fond noir et qu’on l’éclaire frontalement, il devient un positif, car la lumière éclaire l’argent métallique qui compose l’image. Le collodion humide donne d’excellents négatifs sur verre, qui créent une impression intemporelle. La richesse des photos de Kohler est à découvrir jusqu’au 14 mars à Vevey, au Musée suisse de l’appareil photographique. L’exposition présente aussi une vidéo, qui montre Kohler dans son studio et donne ainsi un aperçu de son travail. Car avec cette technique plus que centenaire, il ...
>> mehr lesen

Une pionnière de la danse contemporaine récompensée (ven., 13 oct. 2017 11:35:00 GMT)
Noemi Lapzeson, Genevoise d’origine argentine, a reçu jeudi le Grand Prix suisse de danse 2017, attribué par l’Office fédéral de la Culture (OFC). Retour sur l’enfance portègne et le parcours d’une chorégraphe qui a brillé en Suisse comme à l’étranger. Les autres Prix suisses de danse 2017 - Claudio Prati et Ariella Vidach, fondateurs de la compagnie AiEP (Prix spécial de danse). - Marthe Krummenacher et Tamara Bacci (Danseuses exceptionnelles) - József Trefeli & Gábor Varga, Marco Berrettini, Thomas Haubert et Yasmine Hugonnet (Création actuelle de danse ) - Kiriakos Hadjiioannou (June Johson Dance Prize ) Elle affirme qu’aujourd’hui sa mémoire la trahit beaucoup, qu’il lui arrive d’oublier le nombre de pièces qu’elle a créées, le titre de certaines d’entre elles et les multiples récompenses reçues. Faut-il donc croire Noemi Lapsezon lorsqu’elle accuse sa mémoire? Non, disons plutôt que c’est sa modestie qui lui permet de parler ainsi. Lucide, elle sait que toute gloire ...
>> mehr lesen

Grand Prix suisse de danse 2017 (jeu., 12 oct. 2017 12:26:00 GMT)

>> mehr lesen

La main de l’agriculteur et l’œil du photographe (mer., 11 oct. 2017 14:30:00 GMT)
L’agriculture suisse ne produit pas seulement des denrées alimentaires saines. Elle fournit aussi des sujets et des paysages, qui se prêtent bien à être photographiés. Voici quelques-unes des images les plus représentatives dans l’ambiance d’un concours national. Lancé par l’Union suisse des paysans, le concours photographique agrimage.ch a permis de rassembler, entre mai 2016 et juillet 2017, 15'000 clichés pris dans toute la Suisse par plus de 1600 participants. Les meilleures photographies ont été sélectionnées par un jury de spécialistes, tout en tenant compte des votes du public. Elles seront présentées officiellement à l’occasion d’une cérémonie de remise des prix, qui se tiendra le 18 octobre à l’OLMA 2017, la grande foire suisse de l’agriculture et de l’alimentation organisée chaque année à Saint-Gall. Les images montrent la vie et le travail des agriculteurs, les produits qui représentent le fruit de leur labeur, les animaux qui sont élevés dans les fermes et des ...
>> mehr lesen

Taveyanne: un lieu très loin de la foule (mer., 11 oct. 2017 12:00:00 GMT)
Le pittoresque hameau de Taveyanne dans les Alpes vaudoises est un lieu figé dans le temps. (RTS/swissinfo. ch) Au-dessus des nuages, à 1649 mètres d'altitude, c'est un monument historique classé, avec ses chalets en bois et ses toits en bardeaux de bois. Ses résidents doivent se débrouiller sans électricité.  Pour garantir l'avenir à long terme du hameau et de son environnement, les habitants se sont associés à la Ligue vaudoise pour la protection de la nature en 1970 pour y créer une réserve naturelle. La plupart des chalets appartiennent à des habitants du village voisin de Gryon. Ils ont été transformés d’étables en habitations au début du 20e siècle.   La seule entreprise est le Refuge de Taveyanne, où la famille Siebenthal sert des repas copieux comme une fondue dans un cadre rustique. Il y a une grande cheminée avec un grand chaudron, une ancienne caisse enregistreuse et des plafonds à poutres basses. Des cloches ornementales ornent les murs. Le seul logement loué est ...
>> mehr lesen

50 ans après sa mort, le Che est à l’honneur en Suisse (lun., 9 oct. 2017 14:05:00 GMT)
Une exposition présentant des images inédites d'Ernesto Guevara durant les premières années de la Révolution cubaine a parcouru une douzaine de villes suisses dans le cadre des hommages rendus par l'Association Suisse-Cuba à l’emblématique guérillero disparu il y a tout juste 50 ans. La lutte de ce médecin né en 1928 en Argentine et qui prônait l’idée d’un «homme nouveau», sensible et solidaire, a commencé lorsqu’il était étudiant, malgré l’asthme dont il souffrait depuis sa plus tendre enfance. Au Mexique, il a fait la connaissance des frères Raùl et Fidel Castro, avec qui il a embarqué en 1956 à bord du Granma pour débuter la campagne militaire visant à renverser le dictateur cubain Fulgencio Batista. Après le triomphe de la Révolution, en 1959, le «Che» a occupé diverses fonctions publiques au sein du nouvel Etat cubain avant de poursuivre son combat. En Afrique d’abord, puis en Amérique latine, en Bolivie notamment, où il a été abattu par l’armée locale sur ordre de la CIA le ...
>> mehr lesen

Plus d'informations sur www.swissinfo.ch !